Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/215

Cette page a été validée par deux contributeurs.
203
de france

150 à la Tunisie). — Une surtaxe temporaire de 5 centimes par franc serait ajoutée au principal des patentes. Enfin, on ferait entrer en ligne de compte des subventions déjà créées. Le tout durerait jusqu’en 1912 et l’ensemble des dispositions prévues est ingénieux et satisfaisant.