Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/211

Cette page a été validée par deux contributeurs.
199
de france

de cette dernière ; on accroît l’importance et le prestige de la division navale du Pacifique qui sera, désormais, commandée par un contre-amiral et celle de l’Extrême-Orient à la tête de laquelle restera un vice-amiral, malgré la fin du conflit chinois. Le nombre des officiers à la mer est en conséquence accru et les effectifs des équipages de la flotte monteront de 48.137 à 50.107, dont 1.714 de plus à la mer. Les dépenses des escadres sont portées de 25 à 29 millions, celles des divisions navales et armements divers de 28 1/2 à 32 millions. Deux cuirassés, sept croiseurs cuirassés et un croiseur de première classe effectueront leurs essais en 1902. De plus, à l’exemple de ce qui se passe en Angleterre, on n’arme plus que des bâtiments neufs ou de type moderne ; les autres restent en réserve dans les ports. Les prévisions de dépenses pour le service des constructions navales sont de 121.777.885, et plus de 90 millions, sur cette somme, sont consacrés aux constructions neuves. Sont sur chantier : 69 bâtiments, soit 2 cuirassés, 3 croiseurs cuirassés, 20 contre-torpilleurs, 21 torpilleurs et 23 sousmarins. Il reste, en fait de grosses unités à mettre en chantier, 4 cuirassés et 2 croiseurs cuirassés.