Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/208

Cette page a été validée par deux contributeurs.
196
la chronique

Suarez. Madagascar fournit déjà deux régiments de tirailleurs Malgaches. L’artillerie a un rôle complexe. Outre les batteries de corps d’armée, elle doit fournir celles des colonies et les batteries à pied des points d’appui de la flotte, Dakar, Diego-Suarez, la Martinique. On a constitué deux régiments en Indo-Chine, des groupes au Sénégal, au Soudan, à Madagascar, etc..… En outre on a créé des compagnies de conducteurs et des détachements d’ouvriers.

Le total de l’armée coloniale (avec laquelle il ne faut pas confondre les troupes d’Algérie connues sous le vieux nom d’armée d’Afrique) comprend 22 régiments, 12 compagnies formant corps, 10 régiments et 4 bataillons indigènes, plusieurs régiments d’artillerie, une réserve nombreuse et bien encadrée. À la Martinique, à la Réunion, à la Nouvelle-Calédonie.… les troupes sont placées sous les ordres d’un colonel qui commande en chef ; à Tahiti, c’est un capitaine ; ailleurs, un chef de bataillon. L’Indo-Chine comporte le commandement supérieur d’un général de division qui a sous ses ordres trois généraux de brigades ; l’escadre d’Extrême-Orient qui vient d’être renforcée est toujours à portée ; des stations nava-