Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/197

Cette page a été validée par deux contributeurs.
185
de france

ration s’empara de Tintingue (1829) ; Louis Philippe l’évacua. Aucun gouvernement ne semblait se soucier de faire un effort pour resserrer les liens qui unissaient Madagascar à la France ; aucun non plus n’osait les trancher. En 1883, enfin, en présence de l’hostilité et de l’audace croissantes des Hovas, l’heure vint d’évacuer ou d’agir. L’amiral Pierre s’empara de Majunga et de Tamatave ; l’année suivante, l’amiral Miot mit le blocus sur les côtes, cependant que l’amiral Galiber, puis M. Patrimonio menaient de laborieuses négociations. Enfin un traité fut signé qui cédait la baie de Diego-Suarez et établissait le protectorat. L’Angleterre en reconnut les clauses ; mais pour vaincre les dernières résistances des Hovas, leur enlever leurs dernières illusions, établir indiscutablement la dénomination Française à Madagascar, une expédition fut néanmoins nécessaire. Organisée en décembre 1894, elle se termina dix mois plus tard par la prise de Tananarive. Le régime du protectorat ne put fonctionner, à cause des intrigues sans cesse renaissantes dont la cour de Ranavalo était le centre. Il fallut abolir la royauté et proclamer l’annexion. C’est faire le meilleur éloge de la sage et habile administration