Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/196

Cette page a été validée par deux contributeurs.
184
la chronique

Madagascar.

Après l’Afrique et l’Asie Française, Madagascar constitue la troisième portion importante de l’empire actuel. Les prétentions de la France sur la grande île Africaine ne datent pas d’hier. Les Normands s’y établirent et, il y a près de trois siècles, la Compagnie des Indes y fit des expériences malheureuses ; Colbert s’en occupa sans réussir à y intéresser l’opinion. Les agents Français y préparèrent, par leurs fautes, le massacre de leurs compatriotes (1672) et Louis xiv eut beau décréter l’annexion de Madagascar (devenue l’Île Dauphine) par une série d’arrêts qui portent les dates de 1686, de 1719, de 1720 et de 1721, les Malgaches ne se laissèrent point séduire. Les aventuriers réussirent mieux. On se rappelle l’histoire de ce caporal Labigorne qui épousa la reine Béty et réorganisa les relations commerciales entre Madagascar, l’île Bourbon et l’île de France (1750-1767). Après lui, vinrent M. de Modave et Beniowski que protégeait d’Aiguillon et que les Malgaches voulurent proclamer roi. La Convention installa un résident à Tamatave. La Restau-