Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/134

Cette page a été validée par deux contributeurs.
122
la chronique

portée et toutes ses conséquences. Mais il y a cette différence entre les succès de 1891 et ceux de 1901, que les premiers furent en quelque sorte le résultat d’une action collective, anonyme, l’aboutissement logique de l’œuvre de relèvement accomplie par la République, œuvre à laquelle ont travaillé tant de bons citoyens et d’hommes éminents, qui ne portera cependant le nom d’aucun d’eux — tandis que les seconds ont été obtenus par le labeur opiniâtre, la sagesse constante et la ferme volonté du ministre actuel des Affaires étrangères. Un peu isolé de ses collègues du Cabinet, laissé très libre par le président du Conseil, se renfermant strictement dans les limites de son département, M. Delcassé a, depuis quatre ans et surtout depuis deux ans, véritablement exercé la direction de la politique extérieure Française ; il a appliqué son programme et ses idées personnelles. Avec M. de Freycinet qui resta quatre années à la tête du département de la guerre, M. Delcassé détient par conséquent le record de la durée des fonctions ministérielles. Il détient aussi le record de la politique personnelle. Nous avons indiqué l’année dernière les particula-