Ouvrir le menu principal

Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1901.djvu/130

Cette page a été validée par deux contributeurs.
118
la chronique

Paris et celui de la France diffèrent l’un de l’autre, le premier admettant le principe de la progressivité de l’impôt que le second continue à répudier. À Lyon, c’est encore de l’égalité devant l’impôt qu’il s’agit. Mais l’entorse est d’un genre différent. Les établissements d’enseignement libres ont été frappés d’une taxe spéciale dont sont exemptés les établissements de l’État. Dans l’un et l’autre cas, ces innovations ont été défendues au moyen d’arguments qui ont leur valeur ; elles n’en sont pas moins inquiétantes pour l’avenir.

Le Budget de 1902.

Le budget de 1902 a été préparé de singulière façon. Jamais la Commission du budget n’avait fait œuvre si peu sérieuse et ce qui a paru le plus surprenant dans son cas, c’est l’espèce d’insouciance souriante avec laquelle elle a admis le déficit en face duquel elle se trouvait pour 1901 et la possibilité de le voir se reproduire en 1902. On sent dans ses délibérations et dans ses décisions l’influence de ce « j’m’en fichisme » (qu’on nous pardonne l’expression) avec lequel les socialistes