Ouvrir le menu principal

Page:Philippe - Marie Donadieu, 1904.djvu/73

Cette page a été validée par deux contributeurs.


jeunes gens qui sentent encore leur mère et pour lesquels l’amour est une chaleur dont on s’entoure à cause de l’éternel hiver. Marie le comprenait. Elle ne sut pas le fuir et passa auprès de lui deux après-midi pendant lesquelles l’air de l’Allée des Veuves se prit de finesse et de mélancolie. Un mois d’absence ! Un mois d’absence s’étendait devant ses yeux, qu’elle considérait tout là-bas, plus qu’au bout de l’allée, pour lequel elle se sentait petite et faible comme une fourmi que l’on chargea d’un long voyage. Comme elle avait envie de s’arrêter en route et de faire sa ronde avec une cigale qui lui criait : Viens donc ! du haut d’une brindille. On avait choisi la plus petite fourmi, qui était légère et bariolée et que le vent même poussait à la tentation. Elle en vint là. Son sang sifflait hors de son cœur, elle était rouge et malade, elle allait là, plutôt que de mourir. Il était jeune, avocat stagiaire, et habitait un petit appartement à fauteuils et à tapis qui sentait la jeune fille comme les appartements des jeunes gens qui ne fument pas. Il la dégrafa lentement ; il se détournait, se tordait et joignait les mains : « Oh, mon Dieu !