Page:Philippe - Marie Donadieu, 1904.djvu/35

Cette page a été validée par deux contributeurs.


rances. Le temps finit par imposer le courage à la femme. Celle-ci, petite, brune, avec des yeux restés graveleux, dont le regard pouvait s’accommoder à tout, laissait couler de ses joues aux coins de ses lèvres un sourire assez placide, mais qui contenait d’autres choses. Elle aimait les jeunes filles comme on aime l’innocence que l’on a perdue et sentait auprès d’elles des regrets se détacher de ses souvenirs. Basile, qui ne connaissait par grand monde, la choisit comme correspondante.


Dans le petit logement d’employé, avenue de Saxe, les dimanches s’annonçaient par-dessus les semaines comme les feux de César annonçant de mont en mont la prise d’Alésia. Ils étaient fiers de Marie à cause des voisins. Il s’appelait André Couvert, elle s’appelait Madame Amélie Couvert et riait de son nom.

Le premier dimanche, Félix vint voir sa fille. Depuis le départ d’Adrienne, il était allé trois fois chez le grand-père. Pris jusqu’à la tête dans les femmes et l’eau-de-vie, poussé sans fin, battu, heurté aux rives, il coulait, trop