Ouvrir le menu principal

Page:Philippe - Marie Donadieu, 1904.djvu/311

Cette page a été validée par deux contributeurs.


si tu venais à mourir, je me tuerais, toute la vie s’en irait en même temps que toi.

Ce n’est pas tant parce qu’il lui donnait raison que parce que tout ce qu’elle lui offrait était à portée de la main. Chacun de ses sens en appréciait l’usage. Il pensait d’ordinaire avec ampleur, visait loin et décrivait sa courbe comme une parabole qui tombe là où on l’avait décidé. Il ne parlait pas. Un travail nombreux l’attaquait à sa base, qui produisait une dissociation singulière et qui, s’en prenant à sa pensée, la séparait par morceaux. Parfois, il sortait de lui un rien d’attention, quelque chose comme un insecte qui, se posant quelque part sur la peau de cette femme, y buvait la vie et s’en gorgeait. Il se trouvait bien, retournait un sentiment dans sa tête et celui-ci, au chaud, s’étendait là comme dans un lit où il fait bon dormir. Et qu’aurait-il pu trouver ailleurs, qui valût cela ? Un beau jour, on part autour du monde et voici qu’un soir, dans un canton perdu, une fraîcheur descend, qui ressemble aux fraîcheurs que l’on avait trouvées partout. Il y a les cruelles paroles de l’Imitation : « Que pouvez-vous voir ailleurs, que