Ouvrir le menu principal

Page:Philippe - Marie Donadieu, 1904.djvu/255

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sortait droit de sa pensée. On avait l’impression ridicule que cela lui brûlait la prunelle en passant. Il parla, il ouvrait la bouche, pas une dent ne lui manquait.

— Viens par ici. Ta grand’mère ne t’a pas vue.

Il marcha, il avait fait trois pas avant qu’elle ne se décidât à changer son sens, puis elle n’osa pas se presser pour l’atteindre, de sorte qu’elle allait à sa suite. Il se retourna pour dire :

— Prenons par les petits chemins. C’est plus long, mais on ne nous verra pas.

Il tira sa montre.

— Oui, il te reste au moins trois heures avant l’autre train. Si tu es lasse, tu pourras t’asseoir.

Tout allait bien, lorsque, soudain, Basile aperçut quelqu’un. Il fit :

— C’est toujours la même chose, quand on veut éviter le monde. Qu’est-ce que c’est encore, que celui-là ? Ah ! oui, ça doit être Bidault, le garde-chasse. Tiens, prends à gauche. Nous reviendrons sur notre route, quand il aura passé. Une haie les dissimula,