Ouvrir le menu principal

Page:Philippe - Marie Donadieu, 1904.djvu/224

Cette page a été validée par deux contributeurs.


guerite ! Seulement il ne sait pas bien s’habiller. Je crois que ce sont les cravates blanches qui lui iraient le mieux. Ça le rendra rose, et nous aurons l’air distingués. Je lui dirai : Tu as des petites oreilles de spiritualiste. J’ai lu cela dans un livre. Il est savant. Nous deviendrons bien riches. »

Alors, dans le plein silence, trois coups dont fut heurtée la porte rompirent les plus résistantes pensées et prirent dans la chambre une place comme si le lit, l’armoire et les désirs n’eussent plus été que des enfants sans courage.

Elle resta assise, comme les coups s’arrêtaient et qu’en un point de son corps une bulle se formait, qui suivait le chemin du sang, montait, roulait et s’arrêtait dans sa gorge malgré un lourd soupir qui l’eût voulu pousser. Puis, trois coups nouveaux, la persistance et la force, cependant qu’elle battait comme un seul cœur malade et que, dans sa mâchoire, un tremblement, une flexion, accompagnait chacun des coups et leur cédait déjà. Elle souffrait trop pour rester ainsi, les coups reprirent, une femme était seule, que