Ouvrir le menu principal

Page:Philippe - Marie Donadieu, 1904.djvu/218

Cette page a été validée par deux contributeurs.


passé et se chauffait maintenant, avec de bonnes jambes, avec une bonne santé qui circulait dans ses reins, avec un bonheur d’avoir chaud, avec un cœur bien garni qui flottait d’un objet à un autre et se posait partout, sans crainte et sachant qu’il apportait la foi, avec une reconnaissance qui le soulevait, lui passait par les yeux, traversait la femme d’un long regard et parlait.

— Oh ! Marie…

Et il accueillait ce nom, le promenait partout et sentait ses vertus changer la forme des organes qu’il avait touchés.

Ils souriaient ensuite.

— Ça y est, disait Marie. Tu fais tes yeux du fond des yeux.

Il répondait :

— Et toi, tes yeux de quatre ans. Lorsque je te regarde, je vois tout. Je sais ce qui se passe dans ton estomac. C’est clair, et puis il faut bien que ce soit clair, ma petite femme, pour que je ne me perde pas.

Elle disait :

— Oh ! oui, il me semble que je n’ai plus