Page:Philippe - Marie Donadieu, 1904.djvu/167

Cette page a été validée par deux contributeurs.


fant : le malheur est qu’elle dispose de moyens dont ne devraient disposer que des êtres plus mûrs. Il n’y a pas la juste balance de votre ventre à votre tête. Les hommes ne veulent pas le comprendre, ou alors ils ne viendraient pas nous parler de vos péchés. Je ne sais pas si vous êtes jolie, vous êtes mieux que si vous étiez jolie. Il n’y a pas de perversité dans votre visage, parce que toute l’expression de vos traits aboutit à votre bouche. Vous êtes née très simple et très bonne et peut-être un peu gourmande. Mais il y a vos yeux. J’ai vu bien des yeux dans ma vie, c’est pourquoi je me ferai comprendre. Je connais un agrégé de mathématiques, je suis sûr que son regard hésite quelques instants avant de sortir. C’est ridicule et ce que je vais dire semble prévu, mais il m’a toujours semblé que son regard retenait des formules. Je connais un homme très bon. Ses yeux, je les nomme des yeux de mousse et ils reçoivent autant qu’ils peuvent donner. Il m’est arrivé de lui parler en regardant ses yeux. Alors, Marie, j’ai vu quelque chose de très clair et d’un peu timide qui me faisait penser à de la