Ouvrir le menu principal

Page:Philippe - Marie Donadieu, 1904.djvu/117

Cette page a été validée par deux contributeurs.


craignit qu’on n’eût pas remarqué ce qu’elle avait voulu faire.

Ce fut à Raphaël qu’elle parla et elle le fit comme si elle avait eu à s’excuser :

— C’est parce que j’ai bon cœur. Pauvre petit, il nous a parlé toute la soirée. Moi, j’ai pensé : Il s’ennuie. Je veux qu’il soit heureux.