Page:Perrin - Les Egarements de Julie, 1883.djvu/215

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Les Égarements de Julie, Bandeau de début de chapitre

LES ÉGAREMENTS
DE JULIE





TROISIÈME PARTIE



R


EVENUE de mon évanouissement, je me trouvai sur un lit, entourée de la Renaudé, de la Beauval et de M. Morand. Les excuses de celui-ci me firent entrevoir l’erreur dans laquelle on était sur la révolution qui m’était arrivée. Au premier mouvement que j’avais fait avec précipitation pour me retourner à l’arrivée de M. Andricourt, ma robe, embarrassée sous la chaise de M. Morand, n’avait pas moins contribué à me faire retomber dans mon fauteuil, que le saisissement que m’avait causé la vue du malheureux Bellegrade. Celui-ci ne jugea pas à propos d’attendre le