Page:Perrin - Les Egarements de Julie, 1883.djvu/113

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Les Égarements de Julie, Bandeau de début de chapitre

LES ÉGAREMENTS
DE JULIE





SECONDE PARTIE



L
ES hommes nous volent, ne nous faisons point scrupule de les duper : je n’ai que faire de vous recommander ce qu’il lui faut faire entendre à mon sujet ; vous sentez aussi de quelle conséquence il est de lui taire l’aventure du chevalier. La Valcourt, qui m’avait d’abord soupçonnée d’extravaguer, conçut de moi une autre idée : elle admira mon projet, le trouva infaillible, me félicita d’avance sur l’or que j’allais puiser dans la caisse du négociant, et loua ma résolution avec d’autant plus de chaleur qu’elle était dans le cas où j’allais me mettre.