Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
70
la guerre des boutons


en classe, lui, le père, redoublerait la dose à la maison.

Comme on le voit, le père de Lebrac avait en pédagogie des idées bien arrêtées et des principes très nets, et il les appliquait, sinon avec succès, du moins avec conviction.

Il avait justement, en abreuvant les bêtes, passé ce soir-là près du maître d’école qui fumait sa pipe sous les arcades de la maison commune, près de la fontaine du milieu, et il s’était enquis de la façon dont son fils se comportait.

Il avait naturellement appris que Lebrac jeune était resté en retenue jusqu’à quatre heures et demie, heure à laquelle il avait, sans broncher, récité la leçon qu’il n’avait pas sue le matin, ce qui prouvait bien que, quand il voulait… n’est-ce pas…

– Le rossard ! s’était exclamé le père. Savez-vous bien qu’il n’emporte jamais un livre à la maison ? Foutez-lui donc des devoirs, des lignes, des verbes, ce que vous voudrez ! mais n’ayez crainte, j’vas le soigner ce soir, moi !

C’était dans cette même disposition d’esprit qu’il se trouvait, quand son fils franchit le seuil de la chambre.

Chacun était à sa place et avait déjà mangé sa soupe. Le père, sa casquette sur la tête, le couteau à la main, s’apprêtait à disposer sur un ados de choux les tranches de lard fumé coupées en morceaux plus