Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/69

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
69
la guerre des boutons


entrebâillement de rideaux, il remarqua que sa famille était déjà en train de souper.

Il en frémit. Cette constatation coupait net ses dernières chances de ne pas être vu en la tenue plutôt débraillée dans laquelle il se trouvait par le plus fatal des destins.

Mais il réfléchit que, un peu plus tôt ou un peu plus tard, il fallait tout de même y passer, et, résolu à tout recevoir, stoïquement, il leva le loquet de la cuisine, traversa la pièce et poussa la porte du poêle.


*

Le père de Lebrac tenait d’autant plus à « l’estruction » [1] qu’il en était lui-même et totalement dépourvu ; aussi exigeait-il de son rejeton, dès que revenait la saison d’écolage, une application à l’étude qui vraiment ne se trouvait pas être en raison directe des aptitudes intellectuelles de l’élève Lebrac. Il venait de temps à autre conférer de ce sujet avec le père Simon et lui recommandait avec insistance de ne pas manquer son garnement et de le tanner chaque fois qu’il le jugerait bon. Ce ne serait certes pas lui qui le soutiendrait comme certains parents nouillottes « qui savent pas y faire pour le bien de leurs enfants », et quand le gars aurait été puni

  1. Estruction, instruction.