Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/51

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
51
la guerre des boutons


Cela eût pu durer longtemps ainsi ; malheureusement pour Longeverne, la classe du samedi matin fut désastreuse. Le grand Lebrac, qui s’était tout de même fourré dans la tête les multiples et les sous-multiples du mètre, confiant dans la parole du père Simon, qui avait dit que quand on les savait pour une sorte de mesures on les savait pour toutes, ne voulut pas entendre dire que le kilolitre et le myrialitre n’existaient point.

Il emmêla si bien l’hectolitre et le double et le boisseau et la chopine, ses connaissances livresques avec son expérience personnelle, qu’il se vit fermement, et sans espoir d’en réchapper, fourrer en retenue de quatre à cinq d’abord, plus longtemps si c’était nécessaire, et s’il ne satisfaisait pas à toutes les exigences récitatoires du maître.

— Quel vieux salaud quand il s’y mettait, tout de même, que ce père Simon !

Le malheur voulut que Tintin se trouvât exactement dans le même cas ainsi que Grangibus et Boulot. Seuls, Camus, qui y avait coupé, et La Crique, qui savait toujours, restaient pour conduire ce soir-là la troupe de Longeverne, déjà réduite par l’absence de Gambette, qui n’était pas venu ce jour-là parce qu’il avait conduit leur cabe[1] au bouc et de quelques autres obligés de rentrer à la maison pour préparer la toilette du lendemain.

  1. Chèvre.