Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
43
la guerre des boutons


c’étaient les Velrans qui avaient le dessus, et tout d’un coup les Longevernes, par une pointe hardie, reprenaient l’avantage, les triques au vent ; mais ils s’arrêtaient bientôt devant une pluie de pierres.

Un Velrans avait reçu pourtant un caillou à la cheville et avait regagné le bois en clochant ; du côté de Longeverne, Camus, perché sur son chêne d’où il maniait la fronde avec une dextérité de singe, n’avait pu éviter le godon d’un Velrans, de Touegueule, croyait-il, qui lui avait choqué le crâne et l’avait tout ensaigné.

Il avait même dû descendre et demander un mouchoir pour bander sa blessure, mais rien de précis ne se dessinait. Pourtant, Grangibus tenait absolument à utiliser l’embuscade de Tintin et à en chauffer un, disait-il. C’est pourquoi, ayant communiqué son idée à Lebrac, il fit semblant de se faufiler seul du côté du buisson occupé par Tintin, pour assaillir de flanc les ennemis. Mais il s’arrangea du mieux qu’il put pour être vu de quelques guerriers de Velrans, tout en ayant l’air de ne pas remarquer leur manœuvre. Il se mit donc à ramper et à marcher à quatre pattes du côté du haut et il ricana sous cape quand il aperçut Migue la Lune et deux autres Velrans se concertant pour l’assaillir, sûrs de leur force collective contre un isolé.

Il avança donc imprudemment, tandis que les trois autres se rasaient de son côté.