Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
37
la guerre des boutons


— Non, pas vous ! et s’adressant à Camus, debout, la tête branlante, les yeux éperdus :

— Alors, vous ne savez pas ce que c’est qu’un citoyen ?

— !…

— Je vais vous coller à tous une heure de retenue pour ce soir !

Des frissons froids coururent le long des échines.

— Enfin, vous ! êtes-vous citoyen ? fit le maître d’école qui voulait absolument avoir une réponse.

— Oui, m’sieu ! répondit Camus, se souvenant qu’il avait assisté avec son père à une réunion électorale où m’sieu le marquis, le député, devait offrir un verre à ses électeurs et leur serrer la main, même qu’il avait dit au père Camus :

— C’est votre fils ce citoyen-là ? Il a l’air intelligent !

— Vous êtes citoyen, vous ! ragea l’autre, cramoisi de colère, eh bien ! oui, il est joli le citoyen ! vous m’en faites un propre de citoyen !

— Non, m’sieu, reprit Camus qui, après tout, ne tenait pas à ce titre.

— Alors pourquoi n’êtes-vous pas citoyen ?

— !…

— Dis-y, marmonna entre ses dents La Crique agacé, que c’est parce que t’as pas encore de poil au c…

— Qu’est-ce que vous dites, La Crique ?