Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/36

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE iii

UNE GRANDE JOURNÉE


Væ victis !
un vieux chef gaulois aux romains.



Ce lundi matin, en classe, cela tourna mal, plus mal encore que le samedi.

Camus, sommé par le père Simon de répéter en leçon d’instruction civique ce qu’on lui avait seriné l’avant-veille sur « le citoyen », s’attira des invectives dépourvues d’aménité.

Rien ne voulait sortir de ses lèvres, toute sa face exprimait un travail de gésine intellectuelle horriblement douloureux : il lui semblait que son cerveau était muré.

– Citoyen ! citoyen ! pensaient les autres, moins ahuris, qu’est-ce que ça peut bien être que cette saloperie-là ?

– Moi, m’sieu ! fit La Crique en faisant claquer son index et son médius contre son pouce.