Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/351

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE X

dernières paroles


Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là !
victor hugo (Les Châtiments).


Sous la pression de la poigne toute-puissante et des irrésistibles arguments que sont des coups de pied au cul bien appliqués, une promesse, un serment avaient été arrachés à presque tous les guerriers de Longeverne : la promesse de ne plus se battre avec les Velrans, le serment de ne plus détourner à l’avenir ni boutons, ni clous, ni planches, ni œufs, ni sous au détriment du ménage.

Seuls les Gibus et Gambette, habitant des métairies éloignées du centre, avaient momentanément échappé à la sauce ; quant à Lebrac, plus têtu qu’une demi-douzaine de mules, il n’avait rien voulu avouer ni sous la menace, ni sous la trique. Il n’avait rien promis, ni juré ; il était resté muet comme une carpe, c’est-à-dire qu’il n’avait pas proféré, durant la bastonnade furieuse qu’il reçut,