Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/31

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
31
la guerre des boutons


à la porte de vot’église ! C’est pas des foireux comme vous qu’en auraient osé faire autant.

– Approche donc « un peu » « pisque » t’es si malin, grand gueulard, t’as que la gueule… et les gigues [1] pour « t’ensauver » !

– Fais seulement la moitié du chemin, hé ! pattier [2] ! c’est pas passe que ton père tâtait les couilles des vaches [3] sur les champs de foire que t’es devenu riche !

– Et toi donc ! ton bacul où que vous restez est tout crevi [4] d’hypothèques !

– Hypothèque toi-même, traîne-besache [5] ! Quand c’est t’y que tu vas reprendre le fusil de toile de ton grand-père pour aller assommer les portes à coups de « Pater » ?

– C’est pas chez nous comme à Longeverne, où que les poules crèvent de faim en pleine moisson.

– Tant qu’à Velrans c’est les poux qui crèvent sur vos caboches, mais on ne sait pas si c’est de faim ou de poison.

Velri
Pourri
Traîne la Murie
À vau les vies [6].
  1. Jambes.
  2. Pattier, marchand de pattes, c’est-à-dire de chiffons, de guenilles.
  3. Authentique.
  4. Couvert.
  5. Besace.
  6. Vies, voies, chemins.