Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/23

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE ii

TENSION DIPLOMATIQUE


Les ambassadeurs des deux puissances ont échangé des vues au sujet de la question du Maroc.
Les journaux (été 1911).


Quand « le second » eut sonné au clocher du village, une demi-heure avant le dernier coup de cloche annonçant la messe du dimanche, le grand Lebrac, vêtu de sa veste de drap taillée dans la vieille anglaise de son grand-père, culotté d’un pantalon de droguet neuf, chaussé de brodequins ternis par une épaisse couche de graisse et coiffé d’une casquette à poil, le grand Lebrac, dis-je, vint s’appuyer contre le mur du lavoir communal et attendit ses troupes pour les mettre au courant de la situation et les informer du plein succès de l’entreprise.

Là-bas, devant la porte de Fricot l’aubergiste, quelques hommes, le brûle-gueule aux dents, se