Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/215

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE VIII

autres combinaisons


Plus j’ai cherché, Madame, et plus je
                                  [cherche encor…

Racine (Britannicus, acte II, sc. 3).

— Non, non, je n’en veux plus du trésor ! J’en ai assez, moi, de ne pas me battre, de copier des conneries sur Mirabeau, de faire des retenues et de recevoir des piles ! Merde pour les boutons ! Les prendra qui voudra. C’est pas toujours aux mêmes d’être taugnés. Si mon père retrouve un bouton dans mes poches, il a dit qu’il me refoutrait une danse comme j’en ai encore jamais reçu.

Ainsi parla Tintin le trésorier, le lendemain matin, en remettant ès mains du général le joli sac rebondi, confectionné par sa sœur.

— Faut pourtant que quelqu’un les garde, ces boutons, affirma Lebrac. C’est vrai que Tintin ne peut plus guère les conserver puisqu’on le soupçonne. À tout moment il pourrait s’attendre à être fouillé et pincé.