Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/198

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE VII

LES MALHEURS D’UN TRÉSORIER


Il n’est pas toujours bon d’avoir un
[haut emploi.
la fontaine (les Deux Mulets).



Dès le lendemain matin le trésorier, installé à sa place dans un banc du fond et qui avait déjà cent fois et plus compté, recompté et récapitulé les diverses pièces du trésor commis à sa garde, se prépara à mettre à jour son grand livre.

Il commença donc, de mémoire, à transcrire dans la colonne des recettes ces comptes détaillés :

Lundi
reçu de guignard :

Un bouton de pantalon.
Grand comme le bras de « fisselle » de fouet.

reçu de guerreuillas :

Une vieille jarretière de sa mère pour en faire une paire de rechange.
Trois boutons de chemise.