Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/184

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE VI

CRUELLE ÉNIGME


?



Si j’ai choisi ce titre emprunté, peut-on croire, à M. Paul Bourget et si, contrairement à l’usage adopté jusqu’alors, j’ai remplacé le texte toujours célèbre placé en épigraphe de mes chapitres par un symbolique point d’interrogation, que le lecteur ou la lectrice veuille bien croire que je n’ai voulu en l’occurrence ni le mystifier, ni surtout emprunter en quoi que ce fût l’inspiration des pages qui vont suivre au « très illustre écrivain » nommé plus haut. Nul n’ignore d’ailleurs, et mon excellent maître Octave Mirbeau nous l’a plus particulièrement et en mainte occurrence fait savoir, qu’on ne commence à être une âme du ressort de M. Paul Bourget qu’à partir de cent mille francs de rente ; il ne saurait donc, je le répète, y avoir de rapport entre les héros du distingué et glorieux académicien et la saine et vigoureuse marmaille dont je me suis fait ici le très simple et sincère historiographe.