Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/152

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE III

LA COMPTABILITÉ DE TINTIN


Il est vrai que j’ai donné, depuis que je suis arrivée, d’assez grosses sommes : un matin huit cents francs ; l’autre jour, mille francs ; un autre jour, trois cents écus.
Lettre de Mme de Sévigné à Mme de Grignan.
(15 juin 1680.)



Tintin, dès son arrivée dans la cour de l’école, commença par prélever, auprès de ceux qui avaient leurs cahiers, une feuille de papier brouillard afin de confectionner tout de suite le grand livre de caisse sur lequel il inscrirait les recettes et les dépenses de l’armée de Longeverne.

Il reçut ensuite des mains des cotisants les trente-cinq sous prévus, empocha des payeurs en nature sept boutons de tailles et de formes diverses, plus trois bouts de ficelle et se mit à réfléchir profondément.

Toute la matinée, le crayon à la main, il fit des