Page:Pergaud - La Guerre des boutons, 1912.djvu/105

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
105
la guerre des boutons


Camus qui, au moment de l’assaut, était redescendu de l’arbre, et avait, on s’en souvient, gardé ses vêtements, s’avança prudemment jusqu’au contour du chemin pour explorer les alentours.

Ah, ce ne fut pas long ! Il vit qui ?

Parbleu, cette vadrouille de vieille brute de père Bédouin, lequel, ahuri lui aussi de ces deux coups de sifflet qui l’avaient fait tressauter, bourrait ses mauvais quinquets de tous les côtés, afin de saisir la cause mystérieuse de ce signal insolite et vaguement sinistre.