Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/50

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MYSTÈRE

Pour lier les bras de ma justice et pour délier les bras de ma miséricorde. (Je ne parle pas de ma colère, qui n’a jamais été que ma justice. Et quelquefois ma charité). Et à présent il faut que je les juge comme un père. Pour ce que ça peut juger, un père. Un homme avait deux fils. Pour ce que c'est capable de juger. Un homme avait deux fils. On sait assez comment un père juge. Il y en a un exemple connu. On sait assez comment le père a jugé le fils qui était parti et qui est revenu. C’est encore le père qui pleurait le plus. Voilà ce que mon fils leur a conté. Mon fils leur a livré le secret du jugement même. Et à présent voici comme ils me paraissent ; voici comme je les vois ; Voici comme je suis forcé de les voir. De même que le sillage d’un beau vaisseau va en s’élargissant jusqu’à disparaître et se perdre, Mais commence par une pointe, qui est la pointe même du vaisseau. Ainsi le sillage immense des pécheurs s’élargit jusqu’à disparaître et se perdre Mais il commence par une pointe, et c’est cette pointe qui vient vers moi, Qui est tournée vers moi. Il commence par une pointe, qui est la pointe même du vaisseau. Et le vaisseau est mon propre fils, chargé de tous les péchés du monde.

42