Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/320

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Les armes de Jésus c’est la sagacité,
Le pardon de l’offense et c’est dans la cité
Tout un fleuve de grâce et de vivacité ;

Les armes de Jésus c’est la mendicité
Du dernier misérable et c’est dans la cité
Tout un fleuve de grâce et de ténacité ;

Les armes de Satan c’est le chemin tortu,
Le sentier dérobé, le cheval abattu
Les quatre fers en l’air et le mulet têtu ;

Les armes de Satan c’est la fausse tendresse
Couchée au lit de l’homme et la molle paresse
Qui dort le long du jour et se désintéresse

Du pauvre et de l’enfant et c’est la charmeresse
Avec ses mots savants et la devineresse
Et sa vieille grimace et c’est l’enchanteresse

Avec ses vieux onguents et c’est la sécheresse
Du cœur et c’est la vraie et c’est la fausse adresse
De l’homme très malin ; c’est l’homme qui transgresse

Les vieilles lois de l’homme et c’est l’homme qui tresse
Le chanvre du gibet et l’homme qui progresse.
Les armes de Satan c’est l’homme qui s’engraisse