Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/307

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Les armes de Jésus c’est la nuit répandue
Pour le repos de l’homme et la ferme vendue
Pour payer les impôts et la brebis tondue ;

Les armes de Jésus c’est la neige fondue
Au soleil du printemps, la hache suspendue
Au jour du jugement et c’est l’âme éperdue

De son indignité, c’est la grande étendue
Et l’arbre de Noël et la bûche fendue
Et c’est depuis Adam la nouvelle attendue ;

Les armes de Jésus c’est la bonne aventure,
Et c’est le Créateur créant la créature,
Et le sceau du Seigneur mettant la signature ;

Les armes de Satan c’est la caricature
Et la contrefaçon de toute signature
Et l’homme jugeant l’homme et la magistrature

Assise au tribunal, c’est la lettre surie,
La littéralité morne et déjà pourrie.
Les armes de Satan c’est la chancellerie ;

Les armes de Satan c’est la plaisanterie,
Cette sauce tournée et c’est l’hôtellerie
Pour les mauvais passants et c’est l’ivrognerie