Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/305

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Les armes de Jésus c’est le tranchant du sort,
C’est ce point sur le glaive où la vie et la mort
Déjouent le corps et l’âme en plein milieu du port ;

Les armes de Jésus c’est notre inquiétude.
L’axiome, la règle et notre incertitude,
Le devoir, le pouvoir et la vicissitude ;

Les armes de Jésus c’est notre servitude,
C’est toute solitude et toute plénitude,
Et notre turpitude et notre lassitude ;

Les armes de Satan c’est la criaillerie,
Le vote, le mandat et la suffragerie,
Et l’avocasserie et la haranguerie ;

Les armes de Jésus c’est sa sollicitude.
Et notre ingratitude et son exactitude,
Et la similitude et toute rectitude ;

Les armes de Satan c’est pure vanterie,
C’est du vieux bric à brac, de l’antiquaillerie,
Du fabriqué, du faux, de la ferronnerie ;

Les armes de Satan c’est le fruit défendu,
C’est le meurtre d’Abel, c’est le sang répandu,
C’est Judas dépendu, c’est Judas rependu ;