Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/295

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mais la clef c’est Jésus et Jésus est la porte,
Et la porte du ciel ne se prend qu’à main forte,
Et tous les serruriers resteront à la porte ;

Les armes de Jésus c’est cette grande escorte
Que Rome lui prêta, c’est la rude cohorte
Qui lui faisait honneur et c’est la croix qu’il porte ;

Les armes de Satan sont de la même sorte,
Car c’est la même Rome et c’est la même escorte
Et la même cohorte et la même mer Morte :

Les armes de Jésus c’est qu’il nous réconforte
En notre déconfort et c’est qu’il nous reporte
Au premier paradis et c’est qu’il nous apporte

Le pardon de son père et c’est qu’il nous emporte
Au dernier paradis et c’est qu’il nous déporte
De l’exil du péché vers ce qui seul importe

Et c’est notre salut et c’est qu’il nous transporte
Au royaume de grâce et c’est qu’il nous supporte,
Nous et notre péché cette immense mainmorte

Qu’il porte sur l’épaule et c’est qu’il nous exhorte
Par son silence même et qu’il frappe à la porte
Et que l’homme est au vent comme la feuille morte ;