Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/293

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



C’est le chœur alterné des martyrs et des saintes,
C’est le chœur conjugué des sanglots et des plaintes,
Le temple, les degrés, les pilastres, les plinthes ;

Les armes de Satan c’est le vert térébinthe.
Cet arbre résineux et c’est la coloquinte.
Cette citrouille amère et c’est la morne absinthe ;

Les armes de Satan c’est les deux poings liés,
Les armes de Jésus les cœurs humiliés.
Les pauvres à genoux, les suppliants plies ;

Les armes de Jésus c’est la belle jacinthe
Posée en un tapis dans une belle enceinte,
Plus douce que la laine et plus souple et mieux teinte ;

Les armes de Jésus c’est la cloche qui tinte
Pour les sept sacrements, c’est l’ordre et la contrainte,
Et le dessin fidèle de l’image bien peinte ;

Les armes de Satan c’est la cloche qui tinte
Pour le feu de l’enfer, c’est la ville contrainte
A passer par le sort, c’est toute âme repeinte

Avec un faux pinceau, c’est toute règle enfreinte
Au nom de quelque règle et toute foi restreinte
Au nom de quelque maître et toute ville ceinte