Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/152

Cette page n’a pas encore été corrigée


L E M Y S T È R E et mettez ma coupe d’argent à l’entrée du sac du plus jeune, avec l’argent quil a donné pour le blé. Cet ordre fut donc exécuté.

Et dès le malin on les laissa aller avec leurs ânes.

Lorsqu’ils furent sortis de la ville, comme ils n’avaient fait encore que peu de chemin, Joseph appela l’Inten- dant de sa maison, et lui dit : Courez vile après ces gens ; arrêtez-les, et leur dites : Pourquoi avez-vous rendu le mal pour le bien ?

Lacoupeque vous avez dérobée, est celle dans laquelle mon Seigneur boit, et dont il se sert’ pour deviner. Vous avez fait une très méchante action.

L’Intendant fit ce qui lui avait été commandé ; et les ayant arrêtés, il leur dit tout ce qu’il lui avait été ordonné de leur dire.

Jeannette

Ils lui répondirent : Pourquoi mon seigneur parle-t-il ainsi à ses serviteurs, et les croit-il capables d’une action si honteuse ?

Madame Gervaise

Nous vous avons rapporté du pays de Chanaan l’argent que nous trouvâmes à l’entrée de nos sacs. Comment donc se pourrait-il faire que nous eussions dérobé de la maison de votre Seigneur de Vor ou de l’argent ?

144