Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/150

Cette page n’a pas encore été corrigée


I. i^ : M V s T i> H 1^ :

Madame Gervaise

Joseph étant donc entré dans sa maison, ils lui offrirent leurs présents qu’ils tenaient en leurs mains, et ils V adorèrent en se baissant jusqu en terre.

Jeannette

// les salua aussi, en leur faisant bon visage, et il leur demanda : Votre père, ce vieillard dont vous m’aviez parlé, vit-il encore ? Se porte-t-il bien ?

Madame Gervaise

Ils lui répondirent : Notre père votre serviteur est encore en vie, et il se porte bien : et en se baissant profondément, ils t adorèrent.

Jeannette

Joseph levant les yeux vit Benjamin son frère, fils de Rachel sa mère, et leur dit : Est-ce la le plus jeune de vos frères dont vous m’aviez parlé ? Mon fils, ajouta-t-il, je prie Dieu quil vous soit toujours favorable.

Madame Gervaise

Et il se hâta, parce que ses entrailles avaient été émues en voyant son frère, et qu’il ne pouvait plus retenir ses larmes. Passant donc dans une chambre, il pleura.

142