Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/112

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MYSTÈRE

Sans exposeï’ leur salut. Car si je les soutiens trop Ils n’apprennent jamais à nag-er. Mais si je ne les soutiens pas juste au bon moment, Ils piquent du nez, ils boivent un mauvais bouillon, ils

plongent Et il ne faut pas qu’ils sombrent IJans cet océan de turpitudes.

.le suis leur père, dit Dieu, je suis roi. ma situation est

exactement la même, .le suis exactement comme ce roi, qui était je pense un

roi d’Ang-leterre, Qui ne voulut point envoyer de secours, aucune aide A son fils engagé dans une mauvaise bataille, Parce qu’il voulait que l’enfant Gagnât lui-même ses éperons de chevalier. Il faut qu’ils gagnent le ciel eux-mêmes et qu’ils fassent

eux-mêmes leur salut. Tel est l’ordre, tel est le secret, tel est le mystère. Or

dans cet ordre, et dans ce secret, et dans ce mystère Nos Français sont avancés entre tous. Ils sont mes

témoins. Préférés.

Ce sont eux qui marchent le plus tout seuls. Ce sont eux qui marchent le plus eux-mêmes. Entre tous ils sont libres et entre tous ils sont gratuits. Ils n’ont pas besoin qu’on leur explique vingt fois la

même chose. Avant qu’on ait fini de parler, ils sont partis. Peuple intelligent. Avant qu’on ait fini de parler, ils ont compris.

104