Page:Peguy oeuvres completes 06.djvu/101

Cette page n’a pas encore été corrigée


DES SAINTS INNOCENTS Et les paroles qui suivent ne sont point indignes, mon

enfant, des plus belles paroles des Évangiles, Des plus grandes paroles de Jésus dans les Évangiles.

Car en imitation de Jésus Il a été donné à des saints de pi’ononcer des paroles

non indignes De Jésus, des paroles de Jésus, Comme en imitation et en l’honneur de Jésus Il a été donné à des martyrs de subir une mort Non indigne de la mort de Jésus. Ainsi ces paroles qui

viennent Ne sont point indignes de la prédication de Jésus même. El bien est vrai que quand Vhomme meurt,

il est quéri de la lèpre du corps ; (comme c’est la même voix que dans les Évangiles,

mon enfant, la même profondeur, La même résonance de la même voix dans la même

profondeur) (c’est qu’aussi c’est la même sainteté. Jésus et les autres

saints. La même commune éternelle sainteté, La même communion des saints) ;

mais quand Vhomme qui a fait le péché mortel meurt, il ne sait pas ni n est certain que il ait eu en sa vie telle

repentance que Dieu lui ait pardonné :

par quoi grand peur doit avoir que celte lèpre lui dure tant comme Dieu sera en paradis. Mais les paroles qui

viennent, mon enfant. Ne sont pas indignes du cœur des Évangiles, Des trois paraboles de l’Espérance. Elles sont le reflet, elles sontlereport, ellessont le rappel Dans la même résonance et dans la même ligne

93