Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/463

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIÈME VERTU Un tout petit poste pour garder ce gibet sans impor- tance. La potence où mon Fils pendait. Seules quelques femmes étaient demeurées. La Mère était là. Et peut-être aussi quelques disciples, et encore on n’en

est pas bien sûr. Or tout homme a le droit d’ensevelir son fils. Tout homme sur terre, s’il a ce grand malheur De ne pas être mort avant son fils. Et moi seul, moi

Dieu, Les bras liés par cette aventure, Moi seul à cette minute père après tant de pères, Moi seul je ne pouvais pas ensevelir mon fils. C’est alors, ô nuit, que tu vins. O ma fille chère entre toutes et je le vois encore et je

verrai cela dans mon éternité C’est alors ô Nuit que tu vins et dans un grand linceul

tu ensevelis Le Centenier et ses hommes romains, La Vierge et les saintes femmes, Et cette montagne et cette vallée, sur qui le soir

descendait, Et mon peuple d’Israël et les pécheurs et ensemble

celui qui mourait, qui était mort pour eux

Et les hommes de Joseph d’Arimathée qui déjà s’appro- chaient

Portant le linceul blanc.

455