Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/449

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIÈME VERTU Et aujourd’hui pourraient vous dévorer. Remettez à demain ces sang-lots qui vous étouffent Quand vous voyez le malheur d’aujourd’hui. Ces sanglots qui vous montent et qui vous étranglent. Remettez à demain ces larmes qui vous emplissent les

yeux et la tête. Qui vous inondent. Qui vous tombent. Ces larmes qui

vous coulent. Parce que d’ici demain, moi, Dieu, j’aurai peut-être

passé. La sagesse humaine dit : Malheureux qui remet à

demain. Et moi je dis Heureux, heureux qui remet à demain. Heureux qui remet. C’est-à-dire Heureux qui espère. Et

qui dort. Et au contraire je dis Malheureux.

Malheureux celui qui veille et ne me fait pas confiance. Quelle défiance de moi. Malheureux celui qui veille. Et

traîne. Malheureux celui qui traîne sur les soirs et sur ses nuits. Sur les avancées du soir et sur les tombées de la nuit. Comme une traînée d’escargot sur ces belles avancées. Mes créatures.

Comme une traînée de limace sur ces belles tombées. Mes créatures, ma création. Les lents ressouvenirs des soucis quotidiens. Les cuissons, les morsures. Les traces sales des soucis, des amertumes et des

inquiétudes. Des peines.

Les traces de limaces. Sur les fleurs de ma nuit. En vérité je vous le dis celui-là fait offense

441