Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/445

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIÈME VERTU Et ce qu’il y a dans des jarrets neufs : ces âmes

neuves. Ces âmes nouvelles, ces âmes fraîches. Fraîches le matin, fraîches à midi, fraîches le soir. Fraîches comme les roses de France. Ces âmes au col non ployé. Voilà le secret d’être

infatigables. C’est de dormir. Pourquoi les hommes n’en usent- ils pas. J’ai donné ce secret à tout le monde, dit Dieu. Je ne l’ai

pas vendu. Celui qui dort bien, vit bien. Celui qui dort, prie.

(Aussi celui qui travaille, prie. Mais il y a temps pour

tout. Et le sommeil et le travail Et le travail et le sommeil sont les deux frères. Et ils

s’entendent très bien ensemble. Et le sommeil conduit au travail et le travail conduit

au sommeil. Celui qui travaille bien dort bien, celui qui dort bien

travaille bien.

Il faut, dit Dieu, qu’il y ait une accointance,

Qu’il se soit passé quelque chose

Entre ce royaume de France et cette petite Espérance.

Il y a là un secret. Ils y réussissent trop bien. Pourtant

on me dit Qu’il y a des hommes qui ne dorment pas. Je n’aime pas celui qui ne dort pas, dit Dieu. Le sommeil est l’ami de l’homme. Le sommeil est l’ami de Dieu.

437