Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/436

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE PORCHE

La sagesse (terrestre) n’est point son fait.

Je ne la croirai plus jamais. (Vous la croirez encore,

vous la croirez toujours). On ne m’y prendra plus jamais. — Sots que vous êtes. Qu’importe cet endroit où vous vouliez aller. Où vous croyiez aller.

Voyons, vous n’êtes pas des enfants, vous saviez bien Que ce point où vous alliez serait un pointde déception Terrestre. Qu’il en était un d’avance. Alors pourquoi y

êtes-vous allé. Parce que vous comprenez très bien le manège de cette

petite Espérance.

Pourquoi suivez-vous toujours cette enfant de déception. Pourquoi donnez-vous les mains au manège de cette

petite. Toujours, et la vingtième fois plus premièrement que la

première. Pourquoi y allez-vous de vous-mêmes. Toujours, et la vingtième fois plus couramment que la

première. C’est qu’au fond vous savez très bien ce qu’elle est. Ce qu’elle fait. Et qu’elle nous trompe. Vingt fois.

Parce qu’elle est la seule qui ne nous trompe pas. Et qu’elle nous déçoit Vingt fois Toute la vie

Parce qu’elle est la seule qui ne déçoit pas Pour la Vie.

Et c’est ainsi qu’elle est la seule à ne point nous décevoir. Car ces vingt fois qu’elle nous fait faire le même chemin

428