Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/431

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIÈME VERTU

Quand un petit chien se promène avec ses maîtres

Il va, il vient. Il repart, il revient. Il va en avant, il

revient. Il fait vingt fois le chemin. Vingt fois le trajet.

C’est qu’en elîet il ne va pas quelque part. Ce sont les maîtres qui vont quelque part. Lui il ne va nulle part. Et ce qui l’intéresse, c’est précisément de faire le

chemin. Pareillement les enfants. Quand vous faites une course

avec vos enfants Une commission Ou quand vous allez à la messe ou aux vêpres avec vos

enfants Ou au salut Ou entre messe et vêpres quand vous allez vous

promener avec vos enfants Ils trottent devant vous comme des petits chiens. Ils

avancent, ils reculent. Ils vont, ils viennent. Ils

s’amusent. Ils sautent. Ils font vingt fois le trajet. C’est qu’en effet ils ne vont pas quelque part. Ça ne les intéresse pas d’aller quelque part. Ils ne vont nulle part.

Ce sont les grandes personnes qui vont quelque part Les grandes personnes, la Foi, la Charité. Ce sont les parents qui vont quelque part. A la messe, aux vêpres, au salut. A la rivière, à la forêt. Aux champs, au bois, au travail. Qui s’efforcent, qui se travaillent pour aller quelque part

423