Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/429

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIÈME VERTU

Peuple de pépiniéristes, pays de roseraies, peuple

scrupuleux. Peuple patient, qui as la patience (et le goût) de

désherber. Peuple qui ne cesses point de désherber. Plus vite et

plus constant et plus infatigable que la nature même. Plus penché sur la terre, plus courbé, plus penché à

désherber, toi qui vas plus vite et qui es plus con- stant et plus infatigable à désherber Que la mauvaise herbe à pousser (et ce n’est pas peu

dire) Que la mauvaise nature même à faire pousser la mau- vaise herbe Peuple qui suffis plus à arracher la mauvaise herbe

que la mauvaise nature à la faire pousser. (Et ce n’est pas peu dire. Si quelqu’un le sait, c’est

moi). Peuple plus opiniâtre, plus patient, plus recommençant

que la mauvaise nature même Quand je regarde tes champs j’ai beau regarder je n’y

vois pas une mauvaise herbe. Ni un chardon pour les ânes. Ni cette ivraie que mon

Fils nommait la zizanie Et qui lui servit beaucoup pour ses similitudes. Un

homme avait deux fils. Et que vous autres vous nommez de l’ivraie et du

chiendent. Peuple laborieux quand je regarde tes champs. Ni dans tes moissons cette affreuse maladie. Quand les blés ont la maladie. Et surtout les seigles. Cet ergot, cette carie du seigle, cette affreuse

421