Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/415

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA D E U X I È ME V E R T U Honnête, modeste, ordonné. C’est là que j’ai cueilli mes plus belles âmes. Toutes les sauvageries du monde ne valent pas une

belle ordonnance. Peuple honnête, peuple de jardiniers c’est lui qui fait

pousser les plus belles âmes De sainteté.

Très douloureux jardins des âmes ont poussé là Qui ont souffert sans rompre l’alignement Le plus dur martyre

Et c’est ça qui est difficile ; c’est ça qui est rare Le plus recreusé martyre Sans rompre l’ordonnance. Et ça je sais ce que ça coûte. Très douloureux jardins des âmes ont poussé là que

j’ai cueillies Douloureuses. Toutes les sauvageries du monde ne valent pas un bon

jardin de presbytère. Avec ses tournesols. Que les enfants appellent des soleils. Et c’est des soleils, si je veux. Un bon jardin de curé. Bien requiet : bien requois. C’est là que j’ai cueilli mes plus belles âmes Silencieuses. Les sauvages diront que ce jardin n’est pas grand et

qu’il n’est pas profond. Mais moi je sais, (dit Dieu), que rien n’est grand

comme l’ordre et que rien n’est profond comme le

labour Français.

407