Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/390

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE PORCHE Qu’est-ce qu’elle vient faire ici cette drachme qui en

vaut neuf autres. Drôle de calcul, comme qui dirait une livre parisis qui

vaut neuf autres livres parisis, Neuf autres de la même. Quelle drôle d’arithmétique. C’est pourtant ainsi, mon enfant, que sont faits les

comptes de Dieu.

Ainsi étaient faits, mon enfant, les comptes de Jésus. Il

est indéniable ; il ne fait aucun doute qu’il y a deux

races de saints dans le ciel. Deux sortes de saints.

(Heureusement qu’ils font bon ménage ensemble). De même que les soldats du roi et les capitaines Sont d’une race ou d’une autre mais sont tous des

Français. Et ils font tout de même une seule armée. Et ils sont tous les soldats (de l’armée) du roi, et les

capitaines. Mais enfin ils proviennentd’une province ou d’uneautre. Ou d’une marche. Les uns de l’une, les autres de l’autre. Ou d’outre Loire ou de par ici de la Loire. Ainsi, (et autrement), il faut le dire il y a, il faut dire

le mot il y a deux races de saints dans le ciel. Deux races temporelles. Deux sortes de saints. Tout le monde est pécheur. Tout homme est pécheur.

Mais enfin il y a deux grandes races, il y a deux recrutements. Il y a un double recrutement des saints qui sont dans

le ciel.

382