Page:Peguy oeuvres completes 05.djvu/358

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE PORCHE

Ou dans les enterrements,

On se passe, on se donne l’eau bénite de la main à

la main, De proche en proche, l’une après l’autre. Directement de la main à la main ou un morceau de

buis bénit trempé dans l’eau bénite. Pour faire le signe de la croix soit sur soi-même vivant,

sur nous-mêmes soit sur le cercueil de celui qui

est mort, De sorte que le même signe de la croix esl comme

porté de proche en proche par la même eau, Par le ministère, par l’administration de la même eau, L’une après l’autre sur les mêmes poitrines et sur les

mêmes cœurs, Et sur les mêmes fronts,

Et jusque sur les cercueils des mêmes corps défunts, Ainsi de mains en mains, de doigts en doigts, Du bout du doigt au bout du doigt les générations

éternelles, Qui éternellement vont à la messe, Dans les mêmes poitrines, dans les mêmes cœurs

jusqu’à l’enterrement du monde, Se relayant, Dans la même espérance se passent la parole de Dieu.

Par le ministère, par l’administration de la même espérance.

Par celle qui garantit, par celle qui promet, par celle

qui contient d’avance. Parcelle qui promet à l’éternité

Un temps.

350